Loi d’attraction : bien comprendre pouvoir de création et de manifestation

La vraie loi d'attraction : bien comprendre pouvoir de création et de manifestation

Mon intention avec cet article est de trouver des définitions claires et concrètes à des termes qui ont été popularisé par l’information sur la loi d’attraction. Ces termes aujourd’hui me semblent vidés de leur sens voir galvaudés et dans ma recherche de vérité (tu commences à me connaître 😉 ) j’ai voulu trouver des informations précises et concrètes.

Commençons donc par les définitions de base (selon le dictionnaire Larousse) :

  • Manifester : exprimer, montrer, rendre perceptible, faire preuve d’une aptitude
  • Créer : faire que quelque chose existe, réaliser ou concevoir quelque chose, être à l’origine de son existence, réaliser une oeuvre originale

En lisant ces deux définitions on voit bien que le sens de ces deux mots est très proche. Il y a cependant une légère nuance, dont j’ai pris conscience récemment et qui m’a amené à creuser la question et à écrire cet article.

Manifester n’est pas créer

La vie elle-même est une manifestation. Chacun de nous, chaque être, chaque chose qui existe est une manifestation. Nos émotions sont des manifestations, nos comportements sont des manifestations. Les événements qui surviennent dans notre vie sont aussi des manifestations.

Toutes ces choses existent et se manifestent en dehors de notre volonté consciente. Car voilà ce que j’ai découvert : par défaut, nous ne faisons que manifester à longueur de journée. Nous manifestons nos croyances et nos peurs inconscientes, nos convictions et conditionnements hérités de notre histoire personnelle et de nos ancêtres. Tout cela façonne notre vie sans que nous nous en rendions compte. Voilà pourquoi nous avons l’impression de “subir” la vie ou qu’elle s’impose à nous sans que nous ayons le pouvoir de changer le cours des choses.

En réalité nous ne la subissons pas, nous la créons à chaque instant sans en avoir conscience. Et c’est parce que nous n’en avons pas conscience que nous avons l’impression de quelque chose qui nous est imposé de l’extérieur. Et cela donne des phrases (croyances) comme “c’est impossible d’être heureux tout le temps”

Parce que nous avons une mauvaise connaissance de notre réel pouvoir de création, nous avons l’impression qu’être maître.sse de notre vie consiste à exercer une certaine forme de contrôle et de rigidité sur soi-même et sur son environnement. Le problème c’est que le contrôle est toujours une forme de contrainte. Et la créativité ne peut pas s’exprimer librement sous la contrainte.

Mais alors qu’est-ce que le pouvoir de création ?

Maîtriser le pouvoir de l’intention

Dans les 2 définitions données en introduction de cet article, la fameuse nuance qui m’a mis la puce à l’oreille c’est que pour créer il faut une volonté consciente, alors que la manifestation peut se faire instinctivement sans volonté consciente.

Et voilà c’est ça le pouvoir de création : c’est mettre sa conscience en action pour produire un effet dans la matière.

Pour utiliser notre pouvoir de création nous pouvons :

  • Programmer des automatismes inconscients positifs et qui servent nos objectifs du coeur
  • Formuler des intentions fortes et claires (ce qu’on appelle habituellement les demandes à l’Univers)

Le résultat se manifeste sous la forme d’une certaine facilité à avancer, d’heureux hasards, d’opportunités positives, d’événements et de rencontres nourrissant.e.s et porteur.se.s.

Pourquoi ce n’est pas si simple

Tout ça semble compliqué à utiliser au quotidien car nous sommes la plupart du temps guidés sans le savoir par nos peurs ou par nos anciens traumatismes.

Plus nos peurs sont aux commandes et plus ce que nous manifestons dans nos vies est désagréable et chaotique. À l’inverse lorsque l’amour est aux commandes, l’harmonie revient et tout coule de source.

Nous observons tous plus ou moins dans nos vies des successions de périodes de “chance” et de période de “malchance”. En observant bien les mécanismes à l’oeuvre on peut parfois se rendre compte des croyances inconscientes qui s’expriment dans l’une ou l’autre des situations.

Une personne “chanceuse” va dire “j’étais sûr.e que je pouvais y arriver”. Un personne malchanceuse dira plutôt “c’était perdu d’avance, je ne voyais pas comment j’aurais pu y arriver”. Au delà de cette exemple manichéen, il y a tout un tas de mécanismes subtils qui font que parfois, même en affirmant consciemment qu’on est sûr d’y arriver, on n’y arrive quand même pas.

Voici comment cela peut se produire :

La plupart de nos peurs sont des conditionnements. C’est à dire des programmations inconscientes qui nous viennent de notre éducation, de notre culture, des expériences marquantes de notre vie…

Certaines sont inoffensives, d’autres ont des conséquences insidieuses dont on constate le résultat désastreux sans réussir à mettre le doigt sur ce qui est à l’origine du désastre. C’est ce qui donne les “mais pourquoi ça m’arrive toujours à moi ?!”

Ce sont par exemple des échecs professionnels répétés qui semblent absurdes ou cela peut être des expériences amoureuses qui font souffrir toujours de la même façon, avec les mêmes ingrédients marquants. De manière générale dès que l’on eut observer un pattern dans les évènements qui se succèdent dans nos vies, c’est qu’il y a un conditionnement qui est à l’œuvre en arrière-plan et qui rejoue le même programme en boucle, aboutissant donc au même résultat.

La seule manière de changer l’issue est donc de se débarrasser des programmes obsolètes. Je dis obsolète car dans la plupart des cas, les conditionnements sont des mécanismes développés ou hérités pour assurer notre protection face à un danger perçu. Lorsque le danger a disparu ou même s’il n’existe pas vraiment, le programme persiste.

Par exemple : un parent qui dit à son enfant que “les riches sont tous des pourris”, lui dit en fait que la meilleure manière de ne pas perdre ses valeurs morales, c’est de rester pauvre. Le parent pense protéger l’enfant pour ne pas qu’il “tourne mal”, pour qu’il reste quelqu’un de bien. Il cherche peut-être aussi à se protéger lui-même contre la honte d’avoir un enfant qui se développerait avec des valeurs contraires aux siennes. Peut-être même qu’il a peur de ne plus pouvoir aimer son enfant s’il “tourne mal”. Alors il lui dit sans cesse “ne devient pas comme eux”. Cette programmation imprime malheureusement aussi en l’enfant la croyance que s’il devient riche il perd l’amour (de ses parents) des autres. Ainsi toute sa vie (ou du moins jusqu’à ce qu’il décide de se libérer du conditionnement) il va faire des choix tout à fait inconscients qui lui permettront de rester en sécurité, c’est à dire surtout pas riche ! Voilà comment peut s’installer une spirale d’échecs professionnels inexplicables et illogiques. Cette personne manifeste dans sa vie, ce qui correspond à ses croyances profondes, sans même s’en rendre compte.

La loi de l’attraction n’a rien de magique. Nous savons déjà que nos pensées engendrent des émotions qui elles même engendrent des comportements et des choix qui orientent notre vie dans une direction ou une autre. C’est aussi simple que ça. Si nous voulons attirer à nous la vie que nous souhaitons il nous suffit de changer nos programmes inconscients car ceux sont eux qui nous font penser d’une certaine manière et… tu connais la suite de la chaîne qui mène jusqu’au résultat.

Sous un angle plus énergétique : nous savons que nos émotions créent des vibrations perceptibles par les autres. Par exemple nous sommes tous capable de nous dire face à une personne, qu’elle a l’air triste ou en colère alors qu’elle ne l’exprime d’aucune façon. C’est l’empathie. Certaines personnes sont plus “entrainées” à ce genre de perception, c’est souvent le cas des médiums, guérisseurs et autres professionnels de l’invisible. Mais cela existe aussi en dehors de ces professions, par exemple chez les hyper-sensibles…

Ces énergies que nous dégageons grâce à nos émotions envoient comme un signal vibratoire qui génère un écho, une forme de réponse, en attirant à soi les personnes, situations, etc. qui correspondent à la vibration envoyée.

Il peut s’agir d’une réponse en complémentarité ou d’une réponse en miroir. Je ne sais pas quel mécanisme fait que nous expérimentons l’un ou l’autre type de réponse. Mais ce que j’ai constaté dans mon propre vécu c’est qu’au quotidien :

  • Les réponses en miroir surviennent plutôt lorsque ce qui s’exprime dans ma vibration relève de l’inconscient. C’est d’ailleurs comme ça que je repère mes blessures encore actives.
  • Les réponses en complémentarité me parviennent lorsque je fais une demande claire et consciente.

Ainsi les synchronicités sont les petits cailloux blancs laissés par nous-mêmes par l’énergie de nos convictions du coeur. C’est lorsque l’amour nous guide qu’elles se produisent. En général elles déclenchent en nous enthousiasme et joie, c’est ce qui nous donne envie de les suivre.

A l’opposé les événement qui nous heurtent nous signalent une blessure pour laquelle nous avons développé un mécanisme de protection qui peut parfois se révéler néfaste à notre propre épanouissement. L’idée n’est pas forcément de faire quand même malgré la blessure. Comme me répète souvent ma guidance “il faut respecter ses blessures/ses peurs”.

Ma stratégie personnelle est d’abord d’observer ce qui se passe en moi, puis de décider de l’action à faire ou du retrait à faire en fonction de la douleur présente et de ma capacité à la soulager ou non. Car pour moi il est hors de question d’avancer vers mes objectifs sur un chemin pavé d’événements douloureux ou perturbateurs. Persuadée qu’il y a toujours un chemin plus doux (et la vie me le prouve tous les jours), je me réoriente systématiquement vers la douceur quand je me heurte à la (ma) dureté. Cela me donne le temps de guérir mes blessures à mon rythme, de reprogrammer éventuellement les croyances obsolètes ou d’accepter simplement qu’il y a là une de mes limites personnelle, et de déployer plus librement mes intentions du coeur, sans effort.

Conclusion

Plus nous sommes bienveillants et dans l’amour de nous-même, attentifs à ce qui nous fait mal ou nous dérange, et plus nous somme capable de décider en conscience quelle sera la couleur de notre vie.

Bien sûr ce texte peut sembler manquer de nuances et j’en suis consciente. Il n’a pas pour objectif d’être exhaustif sur la totalité des cas possible mais simplement d’inviter à un regard et une réflexion différente sur ce qui se produit dans nos vies et comment nous pouvons reprendre le pouvoir sur nos parcours de vie.

J’espère en tout cas qu’il te permettra de mieux comprendre et utiliser ton pouvoir de création, pour manifester le bonheur que tu mérites.

A bientôt pour d’autres partages 😉

La vraie loi d'attraction : bien comprendre pouvoir de création et de manifestation
(Visited 20 times, 1 visits today)
Partager
  • 5
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.