Comment fonctionne notre guidance spirituelle

Comment fonctionne notre guidance ? Qui veille sur nous et nous protège dans l'invisible ?

Qui veille sur nous et nous protège dans l’invisible ? Guides de lumières, anges gardiens, guidance intérieure ? Quelle est la véritable nature de notre guidance spirituelle ? Qu’est-ce qui nous répond lorsqu’on consulte les cartes d’oracle ou de tarot ? Lorsqu’on pose des questions à un pendule de radiesthésie ?

Dans cet article je te raconte comment j’ai reconnecté avec ma guidance après m’être libéré d’une interférence éthérique (si tu ne sais pas ce que c’est ne t’inquiètes pas je t’en donne ma définition personnelle dans la suite de l’article). Et bien sûr je te livre ma compréhension de ce qu’est cette guidance spirituelle dont tout le monde parle dans le milieu de la spiritualité, et avec laquelle je communique au quotidien.

Que sont les interférences éthériques

C’est un terme utilisé par les personnes qui pratiquent l’hypnose régressive pour désigner les blocages énergétiques qui surviennent au niveau de l’âme et qui empêchent la pleine expression et réalisation de l’être dans le présent et dans la matière.

J’ai moi-même vécu avec une interférence éthérique pendant toute ma vie. Je m’en suis libérée récemment et je te raconte ça en détail dans l’article “Mon parcours spirituel hors du commun“.

Lors des séances d’hypnose régressive, ces blocages sont perçus sous l’aspect d’entités maléfiques ayant installé des systèmes d’emprise ou des “implants” sur ce que les praticiens de cette méthode appellent “partie éthérique” ou “essence” (ce que je me suis permise d’appeler “âme” ci-dessus).

Des entités néfastes ou des informations vibratoires ?

Aujourd’hui je ne crois plus aux entités. Je considère qu’il existe partout dans l’univers des informations qui sont plus ou moins bienveillantes et plus ou moins denses, auxquels nous nous connectons selon ce qui vibre en nous consciemment et inconsciemment, et selon nos intentions.

Je crois aussi que nous avons un puissant pouvoir de création dont l’un des moteurs est nos croyances, et que plus nous sommes nombreux et fervent à croire en quelque chose, plus cette chose peut se densifier et prendre forme. C’est ce qu’on peut appeler un égrégore.

Pour moi ce qu’on désigne comme entités sont des égrégores. C’est à dire des amas d’informations qui n’ont aucun pouvoir sur nous si nous n’y croyons pas. C’est en tout cas ce que j’ai pu expérimenter dans mon vécu personnel et c’est ce changement de croyances qui m’a permis de ne plus me sentir victime d’un prédateur et de reprendre le pouvoir sur ma vie.

Ma définition personnelle de l’interférence éthérique

Lorsque je croyais aux entités l’hypnose régressive me paraissait être le seul moyen de se libérer de ces blocages de vie inexpliqués. Je me demandais comment faisaient ceux qui arrivaient tout seuls à débloquer leurs problèmes au bout de plusieurs années voir décennies…

Puis récemment j’ai compris que les interférences éthériques ne sont que les créations issues de souffrances profondes accumulées au fil de nos multiples incarnations ou de notre vie présente. Lorsque nous vivons un choc, un événement traumatique, nous atteignons parfois un niveau de souffrance et de désespoir qui nous conduit à faire des choix qui nous enferment, nous coupent d’une part de nous-même. Comme par exemple lorsque nous nous sentons coupable et que nous pensons devoir expier notre faute. J’insiste sur le fait que ces blessures profondes sont inconscientes et peuvent survenir sur d’autres lignes de temps, dans d’autres existences. Dans ce cas ce sont les mémoires de ces événements traumatiques que nous portons en notre âme et qui se manifestent sous la forme de difficultés bien réelles dans le présent.

Pour moi il n’y a pas réellement de gros monstre prédateur. Le gros monstre c’est la douleur immense qui fait qu’on arrête de s’aimer, qu’on arrête d’être conscient de qui on est réellement, conscient de sa force intérieure et des ressources infinies dont ont dispose en réalité.

J’aurais aimé qu’on me raconte l’histoire de mes souffrances avec ces mots… Mais si cela avait été le cas je n’aurais jamais eu l’occasion de me libérer de ces croyances qui personnalisent les énergies néfastes et font exister les monstres de cauchemar qui m’ont accompagné pendant tout mon enfance, mon adolescence et une partie de l’âge adulte. Aussi, je ne regrette en rien le chemin que j’ai parcouru.

Pour en revenir à ma compréhension actuelle des choses : cela veut dire que guérir nos blessures est LA solution pour sortir des interférences éthériques. Et pour cela il existe tout un tas de moyens, dont l’hypnose régressive, qui est un très bon moyen de se libérer rapidement. Mais je crois que les informations que ce genre de séance peut révéler sont à aborder sous un angle plus symbolique que factuel. Sinon cela peut (ça a été le cas pour moi) être comme un deuxième choc traumatique. Comme une preuve que les monstres de nos cauchemars les plus fous existent vraiment et qu’ils ont réellement le pouvoir de nous empêcher d’être pleinement nous-même et pleinement épanouis. Aujourd’hui ma conviction et que rien dans l’univers ne peut venir à bout de ce que nous sommes sauf si nous acceptons ce fait.

Est-ce dangereux d’utiliser le pendule ou les cartes oracles ?

C’est donc riche de toutes ces compréhensions que j’ai petit à petit reconnecté avec ma guidance. ça s’est fait très timidement. Au début je constatais que je recevais rapidement et spontanément des réponses aux questions que je me posais, soit par des idées soudaines ne faisant pas suite à une réflexion logique de mon mental, soit par des synchronicités me mettant sous le nez l’information répondant précisément à ma question. Devant la récurrence du fait je me suis interrogé sur la nature de ce qui me communiquait ces informations.

A ce moment-là j’en étais resté à l’idée que les guides n’existent pas et que la seule chose qui pouvait me guider était mes intuitions ordinaires, celles qui disent “je ne le sens pas” sans forcément qu’on sache pourquoi. Et pourtant j’étais régulièrement attirée par l’utilisation des cartes oracles et du pendule. Je me demandais comment faisaient tous ces gens qui utilisaient ces outils et dont les services étaient aidants et justes. Eux aussi parlaient parfois de guides et ne vivaient pas l’enfer par lequel j’étais passé. Comment expliquer cela ?

Après ce que j’avais vécu, j’avais complètement diabolisé ces outils. Du moins je me répétais comme pour me convaincre, qu’ils étaient néfastes pour moi et que je devais m’en éloigner à tout prix ! Je ne m’expliquais pas cet attrait presque magnétique qui persistait en moi au point que je doive m’auto-convaincre qu’il fallait absolument abandonner toute velléité de communiquer avec l’invisible !

Puis un jour j’ai pris conscience que les cartes oracle ou le pendule n’étaient justement que des outils. Restait à comprendre à quoi exactement devaient servir ces outils.

Le fonctionnement très concret du pendule

Je me suis plongée dans des livres traitant de radiesthésie et expliquant comment se forme le mouvement du pendule. Il s’agit à la fois d’une résonnance vibratoire, comme si le pendule bougeait au rythme des vibrations de notre champ énergétique et en même temps de micromouvements musculaires à peine perceptible. Un processus qu’on pourrait rapprocher de celui qui est à l’oeuvre en kinésiologie.

La kinésiologie est une pratique professionnelle destinée à favoriser un état d’équilibre et de bien-être physique, mental et social. Elle propose différentes techniques qui utilisent de façon heuristique la réaction musculaire au stress.

Fédération Française de Kinésiologie – https://federation-kinesiologie.fr/

Le fonctionnement des cartes oracles

Concernant l’utilisation des cartes j’ai compris que j’étais seule à en interpréter le sens. Personne ne me forçait à les comprendre de telle ou telle façon. Bien sûr il y avait aussi la clairaudience qui me permettait de préciser le sens des messages que je recevais par les cartes. Mais même la clairaudience est la traduction par le cerveau d’une information vibratoire. Dans tous les cas l’interprétation dépend TOUJOURS de qui je suis et ce que je crois, de ma culture et de mes références, de ma façon de m’exprimer et de ma façon d’être au monde, de ma façon de percevoir la vie. Et à mon avis il en est de même pour chacune des personnes utilisant ces outils.

Quand à la force qui faisait sortir les cartes du jeu ou l’instinct qui me faisait choisir telle carte “au hasard”, pour moi c’était du aux mêmes phénomènes de résonnance électromagnétique et micromouvements musculaires correspondant à mes réactions face à telle ou telle information vibratoire. Mon corps physique et mon champ énergétique réagissent aux ondes de forme créées par les mots et images présents sur les cartes, et me “poussent” à choisir celles qui correspondent à l’information captée dans l’invisible.

J’en suis venue à la conclusion que les cartes oracles ne font que révéler l’information vibratoire avec laquelle on est en résonnance à l’instant où l’on s’en sert. Ce qui veut dire que si on porte en soi des souffrance profondes et inconscientes il se peut qu’elles ressortent dans un tirage de carte sous la forme de message négatifs, comme cela a été le cas pour moi lorsque j’étais sous l’emprise de l’interférence éthérique.

Le plus important n’est pas le messager mais le message

Pour moi aujourd’hui, les cartes oracles ou le pendule ne sont pas des outils divinatoires. Ce sont des outils d’exploration de soi qui permettent de :

  • prendre conscience de l’information avec laquelle on est en résonnance dans l’instant, comme une sorte de photographie vibratoire de nos énergies du moment.
  • traduire une information à laquelle nous voulons consciemment nous connecter. Exemple : savoir quelle sera l’issue de telle ou telle situation, de tel ou tel choix. L’univers étant rempli d’information atemporelles (appartenant à la fois au passé, au présent et au futur), nous avons la possibilité de visualiser à travers ces outils, sur quelle ligne de temps nous sommes engagés en faisant tel ou tel choix et donc quel en sera la conséquence dans notre vie terrestre.

Nous sommes nos propres guides de lumière

Donc après avoir résolu le mystère de ces outils, je me suis remise à les utiliser, uniquement pour faire des bilans de développement personnel et comprendre ce qui dans mon passé m’avait mené là où j’étais arrivée. Assez rapidement je me suis trouvée face à un autre mystère lorsque j’ai commencé à recevoir des conseils et des encouragements. Là panique à bord ! Y avait-il une conscience extérieure à moi qui me répondait ? Une nouvelle emprise était-elle en train de s’installer ?

J’aurais pu en rester à l’idée que par mon intention de faire advenir un certain futur, j’étais en mesure de connecter avec l’information me donnant les étapes pour y arriver. Mais ils se trouve qu’à ce moment-là je découvrais également les travaux du physicien Philippe Guillemant. Je voulais comprendre comment tout ça fonctionnait.

Voici comment Philippe Guillemant représente la construction de l’être humain dans ses différentes dimensions.

la multidimensionnalité de l'être humain selon Philippe Guillemant
capture d’écran tiré d’une conférence de Philippe Guillemant diffusée sur sa chaîne YouTube

Pour moi cela faisait enfin sens :

  • Je comprenais pourquoi mon âme était capable de rester bloquée par des émotions de violente souffrance et d’en garder la mémoire d’une incarnation à l’autre. Puisqu’elle existe dans l’espace-temps (voir schéma) il est normal que ce qui se produit dans l’espace-temps l’affecte.
  • Et je comprenais enfin d’où venait cette sagesse et cette neutralité bienveillante que je percevais dans les messages et conseils reçus à travers mes tirages de cartes. Mon esprit (voir schéma), hors de l’espace-temps, avait accès à toutes les informations nécessaires et n’était aucunement affecté par les événements survenus dans ma temporalité.

J’avais enfin trouvé mon guide ! C’était tout simplement moi, mais dirons-nous, à un étage plus élevé.

Cette part de nous qui nous protège et prend soin de nous

J’ai souvent culpabilisé d’avoir cherché en dehors de moi ce qui pouvait m’apporter du soutien et du réconfort. Le fait est que nous en sommes tous et toutes réduit à cela face à nos souffrance. Parce que nous avons oublié ce que nous sommes et parce que nous n’avons pas conscience que nous sommes aussi cet esprit illimité (indiqué comme “le satellite” sur le schéma de Philippe Guillemant), cette part de nous qui ne souffre pas et qui SAIT.

C’est cette partie qui prend soin de nous, qui prend soin de la vie que nous sommes. Qui fait en sorte que notre vie soit préservée le plus possible et le mieux possible. Mais, parce que nous sommes multidimensionnels et qu’une autre part de nous se trouve dans la densité de la matière, soumise à des pressions de toutes sortes que nous appellerons -pour aller plus vite- des conditionnements, il nous est difficile de percevoir les bons conseils de notre guidance.

Un système de navigation prévu pour bien vivre l’expérience humaine

Notre guidance n’est pas seule à décider de notre sort. D’autres parts de nous interviennent pour orienter nos choix et modifient sans cesse le chemin emprunté.

Nous sommes équipé.e.s d’un système bien huilé de capteurs et signaux utiles à la réalisation de l’expérience d’incarnation terrestre. Et c’est tout ce système qui compose notre guidance. Notre corps, nos émotions, notre intellect et notre intuition s’expriment en permanence et à différents degrés pour nous aider à nous orienter vers ce qui est bon pour nous. Dans ce système de navigation interne il n’y a pas de hiérarchie. Le corps est tout aussi important que l’âme, le mental est tout aussi important que l’intuition. Chacun a un rôle bien précis et fonctionne en interdépendance avec les autres éléments du système. Et c’est parce que nous avons tendance à n’être vigilants qu’à 1 ou 2 éléments du système, et qu’une partie de ces éléments est pollué par des conditionnements et des souffrances passées, que nous allons sans nous en rendre compte dans des voies d’autodestruction et de douleur.

Un chemin d’amour de soi multidimensionnel

Pour conclure cet article j’ai envie de partager avec toi quelque chose qui m’a beaucoup ému, dont j’ai pris conscience lors d’un de mes tirages de cartes.

Beaucoup de gens rejettent cette communication avec l’invisible en n’en voyant que l’aspect dangereux. Et effectivement nous avons vu qu’elle peut l’être du fait de profondes souffrances inconscientes qui peuvent nous faire connecter avec des messages manipulateurs et négatifs. Mais je pense qu’il est possible, en comprenant le fonctionnement de tout ça, NOTRE fonctionnement, de retrouver paisiblement la communication avec cette partie de nous qui nous guide vers notre plein épanouissement et veille sur notre vie.

Ce chemin de reconnexion je suis en train de le parcourir, au fur et à mesure que je retrouve mes capacités subtiles. Peu à peu je regagne confiance en moi, en toutes les parties de moi, même celles que je ne comprends pas encore pleinement. Et justement ma guidance m’a fait comprendre que c’est aussi faire preuve d’amour de soi que d’apprendre à aimer et accueillir pleinement cette part de moi qui me guide. Et de lui porter la même considération que j’ai pour mes capacités mentales ou corporelles. C’est à dire la regarder avec fierté, respect, amour et douceur.

Comment fonctionne notre guidance spirituelle ? qui veille sur nous dans l'invisible ?
(Visited 23 times, 1 visits today)
Partager
  • 3
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.